La femme d'après, Arnaud Friedmann : YvonS

La femme d'après, Arnaud Friedmann

Éditions La Manufacture de Livres, 200 pages

Broché, 18€90

Sortie : 6 janvier 2022


Montpellier, août 2009. Elle vient de dîner avec un de ses ex, elle retourne à sa voiture et croise 4 jeunes hommes... Elle se sait en danger, ils savent qu'elle le sait et pourtant il n'y aura pas d'agression autre que verbale. Terrorisée elle atteint son véhicule et rentre à son hôtel. Plus tard elle apprendra que quelques minutes après cette rencontre celui qu'elle nommera toujours le Meneur agresse et tue une jeune fille de 20 ans. Cette non-agression et ce meurtre vont la traumatiser...


"Pourquoi elle et pas moi ? Je suis moins belle ? Trop vieille ?"


"Elle" a la quarantaine, elle se sent vieillir, devenir moins désirable. Elle est sur le fil, instable. Ce choc va ouvrir en Elle des abimes insoupçonnés, des obsessions, des rêves éveillés. Et Elle va faire l'impensable. Demander à rencontrer le Meneur, revenir encore et encore sur les lieux de son agression et ceux du meurtre. Et dériver jusqu'à penser meurtre, suicide peut-être jusqu'au dégoût ultime, jusqu'à la provocation dernière. 


Elle est instable... Folle ? demanderont certains. Arnaud Friedmann nous laisse interpréter événements et pensées. Parce que nous sommes dans Sa tête, tout est écrit à la première personne et au présent. On est avec Elle à chacune de ses pensées, de ses envies, de ses fantasmes. Cette femme est anonyme, comme l'est le Meneur, le seul important qui est nommé c'est Jacques, son ex. Elle lui revient,  Elle s'éloigne, Elle se donne (sans en avoir une réelle envie), s'éloigne encore. Elle s'aime, elle se dégoûte. Elle aime les hommes, elle est une dévergondée d'après sa mère. L'aimeront-ils encore ?


Itinéraire de la femme "d'après", après la non-agression, après la jeunesse, après la mère et l'épouse... Une dérive onirique parfois, des envies qu'elle satisfait pour le regretter immédiatement. Alors, satisfaire l'ultime fantasme ? Presque inconsciemment... 


Le texte d'Arnaud Friedmann est soigné, sensible et évocateur, ou franchement trivial (certaines descriptions pourraient choquer le lecteur trop délicat) mais jamais banal. Cette dérive est très perturbante, cette femme on a envie de la cataloguer folle. Elle le dit elle-même. Et pourtant... Où est la frontière ? Quel élément peut déclencher un passage à l'acte ? La réponse est entre vos mains...

Un texte perturbant qui m'a troublé et obligé à relire plusieurs fois la fin. Vous verrez... et une héroïne qui ne peut pas vous laisser indifférent. Bref, le genre de livre qu'on reprendra pour le relire et essayer de trouver des réponses...


Merci à La Manufacture pour ce service de presse et cette rencontre avec une plume que je ne connaissais pas. Et que je vais suivre à l'avenir. 😉

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Auteur à la page #13 : Olivier NOREK

Auteur à la page #1, Frank LEDUC

Tel père telle fille, Fabrice Rose : MGBooks